La relation étroite et compliquée de L’Allemagne et la Turquie

Champion du monde en titre, l’Allemagne a connu un séisme cet été lorsque son équipe nationale la “Mannschaft” fut éliminée en phase de poule après une défaite face à la Corée de Sud. L’échec collectif de l’équipe fut éclipsé par le traitement médiatique qu’a reçu Mesut Özil, milieu de terrain d’origine turque. Ce dernier a été vivement  critiqué par les médias à la suite de ses performances médiocres. Özil a été accusé de ne pas s’être assez “mouiller le maillot” car plus turc qu’allemand, ce qui a rapidement mené à un débat sur l’intégration des turcs en Allemagne. Ce reproche provient principalement d’une photo qu’Özil avait prise à Londres avec l’actuel et controversé président turc, Recep Tayyip Erdogan. Les relations entre les deux pays étant mauvaises, cette  photo avait été vue comme une trahison pour les Allemands. Özil justifia sa photo en expliquant que c’était un geste d’affection pour son pays d’origine, une excuse que les allemands ont du mal à avaler. Par exemple, l’homme politique allemand d’origine turque, Cem Özdemir (Verts), a vu dans cette démarche un “soutien électoral de mauvais goût”. La plupart des médias s’était révoltée après cette photo: le tabloid hambourgeois MorgenPost avait titré sa une “But Contre son Camp” (“Das Eigentor”). Le joueur décida finalement de mettre fin à sa carrière avec l’équipe nationale allemande car l’Allemagne le considérait allemand dans la victoire et turc dans la défaite. Toutes ces polémiques ont remis en lumière le froid entre les deux pays et les problèmes d’intégration des turcs en Allemagne, qui coïncident avec la montée de l’extrême droite. Néanmoins, la visite d’Erdogan fin septembre 2018 donne de l’espoir quant à une amélioration des relations entre les deux pays. Cette visite est la première visite officielle d’un président turc sur le territoire allemand depuis 2011. Ces deux pays sont intimement liés.  Leur relation remonte au régime Ottoman sur le plan économique mais aussi politique. Même si Erdogan ne voit pas cette visite comme “une normalisation des relations” elle est peut-être signe d’un retour des négociations et des partenariats entre ces deux puissances. Après quelques années de froid, l’Allemagne et la Turquie sont donc peut-être enfin prêts à reconstruire une amitié qui avait existé par le passé.

Mesut Özil lors de la Coupe du Monde 2018 en Russie

Mesut Özil lors de la Coupe du Monde 2018 en Russie

L’immigration turque en Allemagne a débuté durant le Wirtschaftswunder (“miracle économique”), une période de forte croissance économique après la Seconde Guerre mondiale. En besoin de main d’œuvre, notamment pour reconstruire un pays meurtri par la guerre, l’Allemagne (plus précisément la République Fédérale d’Allemagne ou “Allemagne de l’Ouest”) ouvra ses frontières. Ainsi, en 1961, la RFA et la Turquie signèrent une convention sur le recrutement de main d’œuvre qui avait pour but de faciliter la venue des turcs en Allemagne. Dix ans plus tard, près de 600 000 turcs vivaient déjà en Allemagne et une relation économique et politique s’était créée entre les deux pays. Selon Statistisches Bundesamt, l’institut de statistique allemande, pas moins de 2 700 000 turcs vivent aujourd’hui en Allemagne et 1 500 000 sont citoyens allemands. Néanmoins, ce nombre atteint en réalité les 4 millions, ce qui fait de l’origine turque la nationalité d’immigrés la plus présente dans le pays. Le turc est la deuxième langue la plus parlée en Allemagne et le mélange des deux cultures avait permis le renforcement des liens entre les deux pays. En outre, l’Allemagne est le premier client de l’exportation turque et le deuxième pays qui importe le plus en Turquie.  Près de 430 millions de dollars de capitaux sont investis par l’Allemagne en Turquie, ce qui prouve la proximité économique entre les deux pays. En 2017, on trouvait 7000 entreprises allemandes en Turquie. Ces relations entre les deux pays ont été établies depuis longtemps et favorisent la coopération économique. Néanmoins, ces relations se sont nettement dégradées ces dernières années notamment depuis l’arrivée au pouvoir d’Erdogan, président perçu comme autoritaire en Allemagne. Ce dernier avait perdu le soutien du gouvernement de la chancelière Angela Merkel depuis le putsch du 15 juillet 2016 mais aussi à cause de l’emprisonnement en Turquie de plusieurs ressortissants allemands pour des raisons politiques que dénonce Berlin: des arrestations qui s’élèvent à une dizaine de personnes.

 La présidence d’Erdogan qui a débuté en  2014 marque le début du refroidissement des affinités turco-allemandes, particulièrement sur le plan politique. Heureusement, les relations économiques présentes depuis plusieurs décennies n’ont pas été touchées par la dégradation des relations politiques mais sont en constante stagnation comme le prouve le refus de Berlin de créer une union douanière entre les deux pays tant que la Turquie ne fait pas de progrès en tant qu’Etat de Droit. Plusieurs sujets de dispute sont apparus entre les deux pays. Premièrement, l’Allemagne reproche les dérives autoritaires d’Erdogan; par exemple, les opérations menées par les services secrets turcs contre les opposants au régime présents en Allemagne. Selon Angela Merkel, en tant qu’état de droit démocratique, l’Allemagne ne peut pas continuer ses relations avec un pays qui se rapproche de plus en plus vers une dictature qu’une démocratie. De l’autre côté, le président Erdogan reproche à l’Allemagne l’absence de soutien après le coup d’état raté qu’a subi son régime. En effet, lors du putsch de 2016 qui avait pour but de faire tomber le régime autoritaire d’Erdogan, Berlin était resté silencieux: même si l’Allemagne n’a pas soutenu le coup d’état, elle n’a pas non plus montré de soutien au président turc. Ce manque de réaction a été très mal vu par le gouvernement turc qui a considéré ça comme une trahison. De plus, Erdogan reproche à l’Allemagne de ne pas respecter son souhait que les partisans du prédicateur en exil Fethullah Gülen, qu’il considère comme étant l’instigateur du coup d’Etat manqué de 2016, soit classé de “terroristes” par le pays d’Outre Rhin. Ces divergences ont entraîné un arrêt progressif des relations politiques entre les deux pays. Pourtant, Erdogan décida de se rendre en Allemagne dans le but d’inaugurer une mosquée à Cologne. Il en a alors profité pour rencontrer les dirigeants allemands afin de rétablir une relation forte turco-allemande.

Erdogan et Merkel pendant la visite officielle du président Turque en Allemagne fin septembre. @AFP

Cette visite se déroula le 27 septembre et représente la première visite officielle d’un président turc en Allemagne depuis 2011. En pleine crise économique, la visite d’Erdogan avait pour but de reprendre les négociations entre les deux pays ainsi que de préserver l’accord sur les migrants. En effet, cet accord est vital pour les deux pays et son abandon représenterait une catastrophe pour la Turquie qui perdrait un allié économique de taille. Cette perte s’ajouterait à la relation déjà conflictuelle avec les Etats-Unis de Donald Trump, qui complique les relations économiques turques. De l’autre côté, l’Allemagne a aussi besoin de son partenaire de l’OTAN, car la Turquie est un territoire clé pour gérer les flux migratoires: c’est un lieu de passage vers l’Europe pour de nombreux réfugiés qui fuient la Syrie ou l’Irak. En effet, “c’est aussi très important pour Merkel de bien s’entretenir avec la communauté turque, pour permettre une bonne cohésion de la société allemande”, ajoute Patrick Martin-Génier, enseignant à Sciences-Po.

La chancelière allemande, ainsi qu’une dizaine de personnalités faisant parties de l’opposition du gouvernement actuel n’ont pas été présents au dîner. Ces absences illustrent bien les relations toujours confuses entre les deux pays. Néanmoins, Erdogan et Merkel se sont rencontrés la veille et ont donc eu l’occasion de discuter de la situation actuelle entre les deux pays. La chancelière a d’ailleurs reconnu “qu’il y a eu de profondes divergences [entre nous] au cours des dernières années, et que celles-ci demeurent” mais que l’Allemagne a besoin d’une “économie turque stable”. Malgré le froid entre les deux gouvernements, cette visite laisse espérer un retour des négociations turco-allemandes. Les deux pays ont besoin l’un de l’autre à cause de leur histoire commune et de leur place respective dans le monde. En visite en Turquie fin octobre, l’Allemagne a de nouveau montré l’envie d’une réconciliation progressive entre Berlin et Ankara même si les deux pays savent qu’elle se construira avec le temps. Ainsi, malgré leur différents, l’Allemagne et la Turquie reste favorable à une co-entente plutôt qu’un arrêt complet des relations. 

 

Edited by Salome Moatti

Advertisement